8 questions à notre formateur Fibre Optique

1. Présentez-vous : Depuis combien de temps êtes-vous concerné par le monde de la fibre optique ?

J’effectue des formations essentiellement en fibre optique, cela fait 17 ans que je travaille dans le monde de la fibre optique. J’ai commencé pour des opérateurs comme SFR, Télécom Développement et Orange, auprès de la SNCF, des réseaux de transports électriques et différentes sociétés. Au départ j’étais au sein d’une société qui s’appelle « SADE » pendant 8 ans, puis j’ai intégré la société Graniou du groupe Vinci spécialisée dans la maintenance de la fibre optique. A cette époque on ne parlait pas encore de fibre dans les foyers.

2. Ou en sont les opérateurs au niveau du réseau ?

Les opérateurs en sont au développement de la fibre à la maison, mais il reste beaucoup de villes à câbler, c’est un engouement de la population française qui est un peu en retard sur les Allemands, les Coréens, les Japonais, les Anglais. On a un retard à rattraper de 3,4 ans. Nous en sommes à peu près à 15% de déploiement. Les villes très denses sont actuellement déployées en priorité et les villes moyennement denses sont en cours de déploiement.

3. Pour les particuliers où en est-on en termes d’installation et de maintenance ?

Nous en sommes au stade de l’installation, la maintenance se fait sur la partie transport et la première zone de distribution. C’est une distribution par zone de villes, c’est comme un arbre, il y a le tronc, les branches et on arrive aux feuilles qui peuvent représenter les abonnés. On n’a pas beaucoup de feuilles, on peut se considérer encore en hiver et le printemps commence à arriver. On attend que les feuilles soient développées pour pouvoir faire la maintenance. Elle s’effectue actuellement pour le transport des données jusqu’au point de répartition (point de mutualisation). La maintenance de la liaison jusqu’au client s’effectue malgré tout , une fois que celle-ci est activée.

4. Pour les entreprises où en est-on en termes d’installation et de maintenance ?

Pour les entreprises c’est différent, cela a été déjà déployé. Elles sont prioritaires, il y a une demande de bande passante qui est énorme. Le flux numérique pour les entreprises n’est pas le même que celui des particuliers.

5. Quel est le savoir-faire type d’un technicien fibre optique au quotidien ?

Il y a plusieurs strates dans le métier :

  • Les études de projets
  • Le génie civil
  • La pose du câble
  • Le raccordement des fibres optiques
  • L’installation client
  • Les contrôles et le rapport

Certaines entreprises cumulent toutes ces compétences

6. Y a-t-il un savoir-faire spécifique au FTTH (Fiber To The Home)

Oui, les pré-requis sont : connaitre un peu les métiers du bâtiment ou des travaux publics pour pouvoir appréhender toute la problématique du câblage. Et bien sur avoir effectué un stage de formation sur le déploiement de la fibre optique. Ils doivent savoir comment se posent les câbles dans les bâtiments, comment tirer un câble et ne pas les mélanger avec les câbles électriques, les réseaux de gaz, de chauffage. La fibre optique se pose à proximité des câbles de téléphone ou d’alarme (catégorie dite des courants faibles). Après il y a les spécificités, le raccordeur, celui qui va mesurer, celui qui va juste connecter un client, etc.

7. Pourquoi les notions de mesure et d’évaluation sont-elles si présentes dans le domaine de la fibre optique ?

C’est du tout ou rien, si vous avez une fibre optique qui est pincé ou trop courbée dans un contenant (boîte étanche de protection d’épissures, tête de câbles ou tiroir optique), on risque d’avoir une chute de bande passante. La fibre optique est fragile et on peut donc rencontrer également des coupures, des fêlures, des mauvais raccordements, des impuretés sur les connecteurs d’extrémités.
Le contrôle et la mesure avant de partir du chantier garantissent l’installation.

8. Comment voyez-vous l’avenir de la fibre optique dans 10 ans ?

Je dirais même que ça va s’étaler dans 20 ans. Je ne vois pas la petite ferme au fond de la campagne avoir la fibre dans 10 ans. Nous pouvons faire le parallèle entre le déploiement du téléphone filaire et la fibre optique. Les travaux se sont étalés sur des dizaines d’années.
Les besoins réels en débit ne sont pas forcément dans les grandes villes. L’accès haut débit y est déjà présent, jusqu’à 100Méga bits par seconde, sans forcément avoir la fibre à la maison, alors qu’en campagne on en est encore à 512k, 128k dans certaines configurations. Ils sont laissés pour compte, on parle de fracture numérique.
Avec la fibre : Les promesses des opérateurs vont jusqu’à 1 giga bit par seconde jusqu’à la maison, c’était jusque là réservé aux entreprises….

 

0

Formations
Informatique
et Management
en ligne à ce jour

+ 0

Stagiaires dans nos
salles de cours sur
l'année

0%

De participants
satisfaits ou très
satisfaits de nos
formations

0

Formateurs experts
validés PLB